Le Grand Parc et le cimentier Lafarge coopèrent ! Au programme des mares pour accueillir les crapauds calamites et des briques pour les reptiles. Le tout produit en circuit court sur le Grand Parc, au sein du lab Eau&Nature !

Lafarge gère sur le territoire du Grand parc une activité de traitement des granulats et se trouve confronté à une production importante de boues issues du nettoyage de ces matériaux. La question se pose de leur potentielle réutilisation, sachant que ces boues ont des propriétés imperméabilisantes.
De son côté, le Grand parc constate le retour de crapauds calamites dans des flaques, créées par le passage répétés d’engins de chantier sur le site de l’Iloz.

Dès lors nait l’idée d’une collaboration : créer des mares de faible profondeur pour accueillir ces crapauds en tapissant le fond avec les fameuses boues imperméabilisantes de Lafarge. Donc sans aucune bâche utilisant du plastique. Les premiers tests ont eu lieu et les crapauds calamites semblent investir ces mares qui constituent leur habitat de prédilection. Au bilan, un produit jusqu’à lors non valorisé dans une entreprise privée trouve une finalité dans un projet de préservation de la biodiversité ! Le tout avec l’appui du Grand Parc et d’une association : la LPO.

Mais là ne s’arrête pas les envies de faire des partenaires. Boostés par ce premier projet, l’idée d’une nouvelle expérimentation a germé : réaliser des briques avec ces boues et les utiliser pour créer des habitats accueillant des espèces protégées. D’autant que Lafarge a déjà testé en Afrique notamment l’utilisation de matériaux biosourcés (terre, sable,…) et recyclés (boues, bétons inertes,..) pour produire des briques utilisées dans la construction. Le procédé est maitrisé.

Ce sont donc des briques de boues qui vont être fabriquées au Grand Parc pour construire des solariums et de lieux de ponte pour les lézards. Ce projet intègre une finalité pédagogique, car l’observation de ces espèces sera facilitée. Les premiers tests sont prévus prochainement.