L’enfoncement du canal de Miribel, de plus de 4m en 50 ans, a contribué à la baisse de la nappe alluviale et à l’assèchement des lônes.

Aujourd’hui, seuls 2 km de lônes restent en eau de manière permanente sur le Grand Parc. Un chiffre qui va bientôt presque doubler avec la remise en eau et la restauration de la lône de Jonage. Un projet à découvrir in situ.